VALENTINE GILBERT

Valentine Gilbert est une artiste Parisienne.
Elle a vécu dans une famille bourgeoise dans le seizième arrondissement
et a été « éduquée » chez les soeurs.
Un univers strict et bridé, où elle a fait l’apprentissage du bien et du mal.
À 7 ans elle découvre une bande dessinée de John Willie cachée
dans le placard de son père.
« Gwendoline » change alors sa perception de la femme.
Aussitôt se dessine en elle,
une nouvelle vision de la féminité et de ses pouvoirs.
Elle ne veut plus devenir nonne et redoute plus l’appel de Dieu
que celui du Diable.

Le dessin devient son nouvel outil de liberté et d’expression.
Une extension naturelle de son imaginaire fraîchement débridé.
Elle imagine des femmes puissantes car nues.
Des femmes qui ne demandent rien et exigent tout.
Des créatures qui n’ont rien à prouver, mais tout à vivre.
Et à faire vivre.
De nouvelles « Belles de jour » vivant dans un lieu imaginaire.
Un lieu qu’on ne voit jamais. Un endroit élégant et surréaliste entre
Bunuel et Newton, où tout peut arriver. Et où tout arrive.
Un boudoir extraordinaire où les soumises sont celles qui mènent le jeu.
Et les dominatrices sont des poètes.
Où les femmes sont des « filles ».

Elles sont des Initiatrices, des guides, des créatrices de nouveaux plaisirs
qui n’existent pas.
Des plaisirs raffinés comme des promesses délicieusement douloureuses.

Voici leur univers.

Membre depuis : 2017
Exposition «  La maison des Filles Perdues et des Nouvelles Saintes »
du 6 au 21 octobre 2017
Domaines d’expression : Dessin